Un nouveau féminicide insupportable

Mardi 4 mai 2021, la commune de Mérignac (Gascogne, banlieue bordelaise) a été le théâtre d’un drame comme on ne voudrait plus en voir de nos jours. Une femme de 31 ans, mère de famille, a été assassinée et brûlée vive en pleine rue après avoir été abattue d’un coup de fusil. L’agresseur est son conjoint : un multirécidiviste connu des services de police et des services sociaux pour sa violence, en particulier envers sa femme.

L’Assemblada Occitana désire tout d’abord s’associer à la douleur et à la révolte ressenties par tout le monde envers cet acte inqualifiable, inconcevable. Elle est désireuse aussi de rappeler son engagement pour les valeurs de dignité de chaque être humain, quel que soit son sexe, sa religion, son origine sociale ou ethnique; et elle rappelle sa condamnation radicale, absolue, de toute violence faite aux plus fragiles et aux plus vulnérables: femmes, enfants, personnes âgées ou en situation de handicap.

Mais ce drame horrible ne doit pas dispenser de regarder les choses en face, car il y a des responsabilités de l’État français dans cette affaire. Les services sociaux, ainsi que les services de police, doivent être mis devant leurs responsabilités et répondre du fait qu’un délinquant multirécidiviste, connu pour être violent envers son épouse, ait été laissé sans surveillance, libre de l’approcher librement ; et la victime a été privée de toute sorte de protection institutionnelle, en particulier du « téléphone grave danger », dispositif légal depuis 2014 dans l’État français afin de protéger les personnes menacées.

Enfin, la question culturelle se dessine derrière ce drame, rappelant que l’État français, toujours incapable d’assumer son passé colonialiste, enferme ses citoyens ou habitants d’origine allogène dans un dilemme sans réponse : soit se laisser assimiler « à la française » en reniant sa culture et son patrimoine identitaire, soit être rejetés et méprisés. L’affaire en question relance le débat sur ce point chaud de la politique française confrontée aux réalités du monde de notre temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.