Solidarité avec la nation arménienne! Pour la reconnaissance internationale de l’Artsakh!

L’Assemblada Occitana exprime toute sa solidarité avec le peuple arménien victime de l’impérialisme turc et azerbaïdjanais en Artsakh.

L’Artsakh (Haut-Karabagh) est une province historiquement arménienne depuis plus de 2000 ans, en témoignent la présence de nombreux monastères et vestiges culturels et sa population quasi exclusivement arménienne. En 1921, elle fut donnée par Staline à l’Azerbaïdjan et reçut le statut de région autonome. Pendant la période soviétique, le Haut-Karabagh a subit une politique de “désarménisation”, de précarisation de l’économie et une colonisation de peuplement azérie.

En 1988, dans la dynamique de la Pérestroïka, la région s’est autoproclamée république séparée de l’Azerbaïdjan. S’en est suivie une répression azerbaïdjanaise ponctuée de massacres et de pogroms contre les Arméniens à Bakou et à Soumgaït. L’annulation de l’autonomie de l’enclave en 1991 a provoqué la 1ère guerre du Haut-Karabagh (1991-94) qui s’est terminée par une victoire militaire arménienne et l’indépendance de facto de la région qui est devenue la République d’Artsakh.

Le 27 septembre dernier, après 30 ans de statut-quo et de conflits périodiques, l’Azerbaïdjan a attaqué massivement l’Artsakh, avec le soutien de la Turquie, d’Israël et de milliers de supplétifs islamistes syriens pro-turcs. Malgré une résistance héroïque de 45 jours face à des adversaires plus nombreux et mieux équipés, les arméniens ont du plier et signer un accord signifiant la défaite militaire et la cession à l’Azerbaïdjan de la majeure partie de ses territoires. Maintenant, l’Artsakh se retrouve très réduite, enclavée et sous la tutelle de l’armée russe intervenue comme force de maintien de la paix.

La population des territoires cédés fuit l’armée azerbaïdjanaise qui s’est déjà illustrée par de nombreux crimes de guerre commis sur des civils et des soldats arméniens capturés. L’avenir des monastères arméniens tombés entre les mains de l’Azerbaïdjan fait craindre le pire. Bakou a pris pour habitude de détruire systématiquement le patrimoine arménien dans le but de faire disparaître toute trace de présence arménienne ancienne.

La situation en Artsakh concerne l’Occitanie qui compte des dizaines de milliers d’habitants d’origine arménienne. Ces derniers sont menacés par les “loups gris”, un groupuscule ultranationaliste turc habitué aux actions violentes et qui tenait un camp d’entrainement secret à Satillieu, dans le Vivarais.

Désormais, il est plus que jamais temps que les institutions internationales reconnaissent la République d’Artsakh. L’Assemblada Occitana encourage les Occitans à rejoindre les Arméniens dans leur mobilisation pour le droit inaliénable de l’Artsakh à l’autodétermination.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.