Repeupler les petits bourgs? Un choix de vie (possible)

En tant qu’Assemblada Occitana Valadas, nous avons suivi avec grand intérêt la discussion, qui a surgi pendant la première vague de la pandémie, sur la possibilité de repeupler les villages alpins afin d’éviter de nouvelles pandémies.

On suppose qu’il y a cent ans, l’Italie avait 30 millions d’habitants répartis également entre les villes, les campagnes et les montagnes.

Aujourd’hui, l’Italie compte deux fois plus d’habitants qui sont concentrés presque exclusivement dans les grandes métropoles.

L’architecte Stefano Boeri, le 25 avril dernier, lors d’une interview sur Repubblica, a alimenté le débat avec professionnalisme et cohérence.

On estime qu’en Italie, 6000 villages risquent d’être abandonnés sur les deux tiers du territoire de l’État.

En termes institutionnels, ils sont appelés « zones intérieures » et sont des zones riches en patrimoine culturel, agricole et historique.

Le principal problème de ces zones, ce sont les services qui disparaissent et les transports publics qui sont presque absents eux aussi.

Les zones marginales ont été abandonnées dans les années 1960 et 1970 au profit des grandes villes où le travail en usine représentait une sécurité.

Le mirage du travail rémunéré sur une base mensuelle a donc conduit à l’abandon des petites villes et, ainsi, à la fermeture des magasins locaux.

Un problème majeur est la fragmentation territoriale, qui voit de vastes zones des territoires divisées en petites parcelles — par de longues voies héréditaires — sur lesquelles il est difficile de retracer la propriété, souvent émigrée à l’étranger.

La région Piémont s’est dotée d’une loi spéciale sur l’association foncière pour reconstruire des parcelles de terrain très fragmentées et, par conséquent, non attrayantes.

Notre opinion, en tant qu’Assemblada Occitana Valadas, est que le tourisme doit certainement trouver un nouvel élan, mais il ne peut pas être la seule base pour le repeuplement des petites bourgades parce que si d’autres situations d’urgence devaient se produire, nous aurions encore plus d’activités bloquées. Nous pensons que la relance doit passer à la fois par le tourisme et par des activités locales telles que les petites exploitations agricoles et les cultures d’herbes particulières, là où il n’y a pas les conditions spécifiques du travail autonome ou subordonné, même à distance.

Nous pensons que, dans le scénario actuel, une aide précieuse peut provenir des projets menés ces dernières années par la « Banque nationale des terres agricoles », visant à mettre des terres abandonnées à la disposition des cultures agricoles, à qui en fait la demande. C’est une occasion de réaliser votre propre projet de vie, avec des conditions d’achat facilitées dans un parcours tracé et destiné principalement aux jeunes.

Une occasion à saisir!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.