Giscard d’Estaing n’assumait pas sa culture occitane

L’ancien président de l’État français, Valéry Giscard d’Estaing, est mort.

Malgré ses origines auvergnates, donc occitanes, Valéry Giscard d’Estaing n’a jamais rien fait pour l’occitan. Il a refusé d’écouter les revendications occitanistes. Il n’a rien cédé pour la reconnaissance et l’enseignement de l’occitan. Sous son mandat, l’enseignement de la graphie classique de l’occitan a été même inerdit en Provence et en Pays Niçois. Il n’a rien cédé sur la question du Larzac… Comme ses successeurs, il était un pur produit du jacobinisme et un partisan du nationalisme expansionniste français.

Nous reconnaissons que son mandat présidentiel (1974-1981) a été marqué per des réformes sociales et sociétales importantes: droit à l’avortement, divorce par consentement mutuel, abaissement de l’âge de la majorité, loi d’intégration des handicapés. Il a défendu le projet de désenclavement du Massif Central (qui n’est central que pour l’Occitanie) plutôt que le projet de tunnel sous la Manche prévu pour intégrer la Grande-Bretagne à l’Union Européenne. Et il a créé le parc thématique sur les volcans d’Auvergne.

Mais le temps de Giscard d’Estaing s’es caracterisée aussi par des politiques conservatrices et répressives telles que:

  • Le maintien de la peine de mort. Giscard a refusé la grâce présidentielle à un condamné à mort niçois, Christian Ranucci, dont la culpabilité avait fait l’objet de doutes.
  • La censure d’État contre les articles jugés “subversifs”, comme l’humoriste Coluche pendant les élections présidentielles de 1981.
  • Les mesures d’austérité et de politique industrielle qui n’ont pas empêché la hausse du chômage.

De plus, Giscard d’Estaing a été confronté à des affaires tordues comme l’escroquerie des avions renifleurs, le scandale des diamants de Bokassa et l’assassinat de son ministre du travail, le Gascon Robert Boulin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.