21.04.2024

Occitanisme politique : quelle stratégie d’avenir ?

Plus de quatre ans sont passés depuis que l’Assemblada Occitana a publié son dossier sur la crise de l’occitanisme. Des ouvrages et des conférences ont été organisés sur ce thème. Nous constatons, depuis, que la situation a peu changé et que la crise est toujours profonde.

L’occitanisme politique est marginal et peu représenté dans la population occitane. Dans le paysage électoral, il n’y a pas de parti indépendantiste occitan ambitieux, solidement implanté et susceptible de devenir une force politique influente.

Le Partit Occitan (PÒC) reste la formation politique occitane la plus solide, mais son programme n’est pas indépendantiste. D’autres formations ont abandonné le nationalisme occitan au profit d’un régionalisme languedocien, quitte à pactiser avec des partis qui promeuvent l’anti-occitanisme.

L’ensemble des mouvements politiques occitans peinent à rassembler et restent toujours aussi divisés dans des formats groupusculaires. Leur faible activité trahit un vieillissement et une passivité de la base militante.

Dans cette situation persistante de crise, l’occitanisme doit faire preuve d’imagination pour contourner les problèmes insolubles qui l’empêchent de se développer. Certaines pistes pour aller dans ce sens sont possibles.

Les organisations et les militants occitans sont trop divisés. Chercher à les rassembler pour former un mouvement de masse est une illusion et une perte de temps. Le consensus minimal ne suffit pas pour mobiliser les occitanistes derrière un même projet politique, large et transcendantal.

  • Au lieu de chercher à réunir toutes les organisations dans une coalition minimaliste, il vaut mieux favoriser les coopérations croisées et ponctuelles entre mouvements occitans. Cela se fait dans le mouvement culturel et fonctionne à merveille.
  • Au lieu de chercher à rassembler les Occitans déjà conscientisés, il vaut mieux privilégier l’échange avec le peuple qui est en dehors du mouvement et non conscient de son occitanité.

La conscientisation du peuple d’Occitanie est la condition sine qua non pour espérer une future mobilisation populaire et envisager un combat politique, afin de rompre les chaînes de notre aliénation nationale.