Premier tour des élections régionales 2021: les leçons à retenir

Le premier tour des élections régionales 2021 s’est tenu dimanche 20 juin 2021. Ce vote a vu la participation de deux listes occitanistes autonomes: “Oui la Provence” (en Provence-Alpes-Côte-d’Azur) et “Bastir Occitanie” (dans la Région de Toulouse, qu’on appelle abusivement “région Occitanie”).

“Oui la Provence” est arrivé à 2,18% (25 209 voix). C’est un résultat modeste mais très honorable pour une première fois. L’implantation régionale des militants, le discours concret et l’union des occitanistes de différentes sensibilités ont créé une dynamique positive. “Oui la Provence” est une initiative du Partit Occitan qui a reçu le soutien de l’Assemblada Occitana. L’occitanisme ouvert promu par cette liste a permis de conquérir une existence électorale et d’obtenir beaucoup plus de légitimité démocratique que les lobbys pseudoprovençalistes (comme le Collectif Provence).

“Bastir Occitanie”, dans la Région de Toulouse, obtient 0,76% (11 510 voix). L’occitanisme et le catalanisme étaient divisés dans cette région. Seule une partie des occitanistes ont soutenu “Bastir Occitanie”. L’autre partie des occitanistes (Partit Occitan) et la majorité des catalanistes (ERC, Oui au Pays Catalan) ont soutenu la liste EELV qui, pourtant, ne disait rien dans sa profession de foi officielle en faveur des langues occitane et catalane.

En Auvergne-Rhône-Alpes, le Partit Occitan (RPS) a soutenu la liste de gauche de Najat Vallaud-Belkacem. Mais cette liste, elle non plus, de disait rien dans sa profession de foi en faveur de la langue occitane. En Nouvelle-Aquitaine et en Centre-Val-de-Loire, il n’y avait pas de candidature occitaniste connue.

Les résultats de ces élections nous donnent d’autres enseignements:

  • Le score de “Oui la Provence” est supérieur à celui de “Bastir Occitanie”. Cela démontre que, contrairement à ce que pensent certains faux occitanistes qui sont partisans d’une Occitane réduite à la Région de Toulouse, l’occitanisme politique a bénéficié d’une unité et d’une vitalité plus grandes en Provence qu’en Languedoc.
  • Le taux d’abstention a dépassé 65% dans les régions occitanes; cela démontre une démobilisation de l’électorat et une perte de confiance par rapport aux partis politiques parisiens.
  • Le RN a fait des scores moins importants que prévus, mais il est en première position en Provence où le poids électoral de l’extrême droite française est préoccupant (RN, souverainistes, identitaires et tendance droitisante de LR).

Il est nécessaire de développer un mouvement occitaniste fort avec une conscience forte de la culture occitane (par exemple: la culture provençale, niçoise, alpine, etc.): ce sera un bon remède contre l’extrême droite et contre le manque d’enthousiasme des citoyens en politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *