Législatives : Le PNO pactise avec l’anti-occitanisme

L’Assemblada Occitana a toujours désiré de bonnes relations avec les autres groupes de l’occitanisme politique, et en général elle y est arrivée.

Malheureusement, pour les élections législatives 2022, deux mouvements occitans — Occitanie-País Nòstre et le Parti de la nation occitane (PNO) — ont abandonné les valeurs essentielles de l’occitanisme en entrant dans une « Fédération des pays unis », dans laquelle figure une organisation obscure qui prétend exclure la Provence de l’Occitanie.

De fait, le PNO et Occitanie-País Nòstre se placent en dehors du nationalisme occitan et en dehors de tout l’occitanisme.

L’Assemblada Occitana prend acte de ce choix navrant et en profite pour clarifier sa position :

1) L’Assemblada Occitana est attachée à la mémoire de François Fontan (le fondateur du PNO), de Robert Lafont et de Frédéric Mistral : selon ces grands hommes, la Provence est bien une partie de l’Occitanie et le provençal est bien une variété de la langue occitane.

2) L’Assemblada Occitana déplore que lo PNO ait renoncé au principe d’unité du pays d’Occitanie et qu’il ait trahi les idées de son fondateur François Fontan. Le PNO ne peut pas prétendre qu’il défend la « nation occitane » lorsqu’il s’allie à des gens qui veulent exclure la Provence de l’Occitanie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.