Élections françaises: les leçons du 1er tour

Comme le prévoyait l’Assemblada Occitana, les élections présidentielles françaises ont mené à la répétition du scénario de 2017: le néolibéralisme de Macron face au néofascisme de Le Pen.

Nous pouvons nous questionner sur les raisons qui mènent une majorité d’électeurs à voter pour deux candidats aussi contestables:

  • Emmanuel Macron n’a cessé, pendant son mandat, d’appliquer des mesures répressives, liberticides, antisociales et antiécologiques.
  • Marine Le Pen a non seulement des idées fascistes inacceptables, mais elle est mouillée aussi dans plusieurs affaires de corruption. De plus, elle a financé ses campagnes électorales en empruntant 8 millions d’euros à une banque privée russe tenue par d’anciens militaires proches de Poutine.
  • Les partis des deux candidats comptent des personnalités impliquées dans des scandales de corruption et dans des agressions diverses (sexuelles, racistes).

Motivée par la recherche d’audimat et par les manœuvres de certains magnats de la presse pour manipuler l’opinion publique, la complaisance des médias envers l’extrême droite a contribué à établir une base électorale néofasciste durable dans le paysage politique de l’État français.

L’écrasante majorité de l’électorat de l’Occitanie (des Alpes à l’Atlantique et du Bourbonnais aux Pyrénées) n’a aucune possibilité de voter de manière libre et éclairée. Les électeurs occitans sont endoctrinés par l’État et par les médias français: ils se sont exprimés en faveur de candidats ultrajacobins qui méprisent la culture occitane et qui veulent faire disparaître notre langue occitane.

Nous notons cependant une spécificité occitane qui nous fait espérer la perspective future d’une base électorale intéressante pour l’occitanisme:

  • C’est en Occitanie que se trouvent la plupart des communes où Jean-Luc Mélenchon est en tête, dont les plus importantes: Marseille et Toulouse. C’est un paradoxe. Nous savons bien que Jean-Luc Mélenchon est un jacobin et un ennemi de l’occitan. Mais son succès dans ces communes occitanes laisse croire qu’il y a une réelle volonté populaire occitane de trouver une alternative à Macron et à Le Pen.
  • Jean Lassalle a rassemblé plus d’un million de voix et est même arrivé en tête dans plusieurs communes de Gascogne. Jean Lassalle est une personnalité controversée, il a des idées complotistes et a été accusé de sexisme. Mais son programme local, même s’il ne mentionne pas explicitement l’occitan, a plu a beaucoup d’Occitanes et d’Occitans.

L’Assemblada Occitana appelle à établir une force politique occitaniste ambitieuse, capable de mobiliser durablement l’électorat occitan derrière un projet indépendantiste, social, équitable, écologiste et humaniste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.