Présidentielles françaises: le retour de la mascarade électorale

À l’approche des élections présidentielles de l’État français, nous nous avoisinons d’une probable répétition du scénario de 2017: un second tour avec Emmanuel Macron (droite néo-libérale) et Marine Le Pen (extrême droite).

Et, de nouveau, l’électorat occitan sera contraint de choisir entre deux candidats qui méprisent ouvertement les classes moyennes et populaires, ainsi que les nations minorisées, dont la nation occitane. De nouveau, nous paierons les résultats des mesures liberticides, antisociales et antiécologiques du pouvoir. De nouveau, nous paierons les conséquences de la complaisance de tant de médias qui ont banalisé les fantasmes de l’extrême droite.

L’Assemblada Occitana est un mouvement engagé dans la défense des habitants de toute l’Occitanie, des Alpes à l’Atlantique et du Bourbonnais aux Pyrénées.

De tous les candidats qui se présentent à l’élection, trois sont plus proches de nos idées: Yannick Jadot (EELV), Philippe Poutou (NPA) et Fabien Roussel (PCF). En effet, ce sont eux qui défendent le plus clairement la langue occitane et les autres langues minorisées. De plus, en général, ils sont pour le respect de l’environnement, pour la justice sociale et pour les libertés régionales et individuelles.

Nous faisons observer que Jean-Luc Mélenchon est contre l’occitan. De même, Emmanuel Macron est contre l’occitan, contre la justice sociale et contre l’environnement.

Mais, en réalité, aucun candidat ne portera jamais les changements favorables à la cause occitane:

  • Parce que, en premier lieu, le système électoral français établit une sorte de monarchie élective républicaine — héritage bonapartiste unique en Europe — en confiant tous les pouvoirs à une seule personne inattaquable.
  • Et, en second lieu, parce que le paysage politique de l’État français est monopolisé par cette pensée chauvine française qui est de nature parisianiste, centraliste, rétrograde, autoritaire, discriminante et minée par les affaires de corruption.

Par conséquent, l’Assemblada Occitana se sent peu concernée par les élections présidentielles françaises. Les changements nécessaires se feront surtout ici, dans notre société occitane, en partant des mouvements occitanistes, sociaux, civiques et écologiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.